Un matin neigeux, en octobre 1919, quatre membres de la profession enseignante se réunissent dans le petit débarras de l'ancien édifice de la Chambre de commerce de Winnipeg à l’occasion d’une conférence sur l’éducation, le caractère et la citoyenneté, afin d’étudier des questions d’intérêt commun aux enseignantes et enseignants des quatre provinces de l'Ouest du Canada.

Harry Charlesworth, secrétaire de la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique, propose alors à E.K. Marshall du Manitoba la mise sur pied d'une fédération des organisations de la profession enseignante des quatre provinces de l'Ouest. C’est dans ce contexte que germe la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants.

Au cours de l'année, on communique avec la population enseignante de l'Alberta et de la Saskatchewan et il est convenu de tenir une assemblée inaugurale à Calgary pendant l'été 1920.

Des personnes représentant les quatre provinces de l’Ouest convoquent cette assemblée qui a lieu le 27 juillet à la bibliothèque municipale de Calgary, et à laquelle assistent également deux membres du personnel enseignant de l’Ontario. L'idée d'un regroupement des provinces de l'Ouest est abandonnée au profit de celle d'une organisation nationale bénéficiant de l’appui de la profession enseignante des provinces Maritimes et du Québec. Le mouvement est lancé et compte au début environ 9 000 membres.

À ce jour, le but de l’alliance est de créer une organisation qui puisse « offrir un mécanisme permettant aux diverses organisations provinciales (et territoriales) d’entretenir des rapports les unes avec les autres et de s’épauler rapidement et facilement. » Voilà qui résume toujours le principal objectif de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants.

En 1946, la FCE est constituée en vertu des dispositions de la Partie II de la Loi des compagnies.

En janvier 1948, la FCE établit un bureau central à Ottawa et nomme un secrétaire-trésorier à plein temps. En 1970, la présidence de la FCE devient une charge à plein temps.

Le rêve modeste de quelques éducatrices et éducateurs sagaces en 1920 s’est réalisé : la FCE est devenue une porte-parole estimée en matière de dossiers éducationnels et de questions de justice sociale sur la scène provinciale ou territoriale, nationale et internationale.

Première réunion du Comité exécutif
de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants
Calgary (Alberta) — le 27 juillet 1920