Un système d’éducation publique solide, financé par l’État et fondé sur les principes de l’universalité, de l’équité, de la réactivité et de la responsabilité est essentiel pour soutenir et promouvoir notre société démocratique qui œuvre pour le bien de tous et toutes.

Par conséquent, nous,
enseignantes et enseignants du Canada, croyons

 

 

  • que les intérêts de tous les enfants et les jeunes doivent guider chaque décision que la société et ses institutions prennent en leur nom.
  • que l’élaboration des politiques éducationnelles devrait se fonder sur la conviction que l’éducation publique est un bien public destiné à l’ensemble de la société.
  • que le Canada doit respecter son engagement à l’égard de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et faire du bienêtre des enfants sa plus grande priorité.
  • qu’une profession enseignante responsable, bien informée et engagée est essentielle à la prestation d’une éducation publique de qualité.
  • que les enseignantes et les enseignants doivent jouir d’une autonomie suffisante pour agir selon leur jugement professionnel.
  • que les écoles de qualité sont bien soutenues par des ressources publiques.
  • que les conditions entourant l’enseignement et l’apprentissage se répercutent directement sur ce que les membres de la profession enseignante et les élèves peuvent accomplir ensemble.
  • que les objectifs que fixe la société envers les élèves et les écoles doivent être ambitieux et réalisables.
  • qu’il existe de multiples formes de réussites pour les écoles et les élèves, y compris des réussites personnelles, sociales, scolaires, culturelles et professionnelles, et que des méthodes variées sont nécessaires pour évaluer le degré de réussite des écoles et des élèves.
  • que le curriculum vise à préparer les élèves à devenir des citoyennes et des citoyens bienveillants, responsables et actifs.
  • que la gestion des écoles doit être confiée à des personnes élues par le public et tenues de lui rendre des comptes.
  • qu’il est sain et naturel d’effectuer des changements dans les écoles à la lumière d’un raisonnement et de recherches solides et en collaboration avec le personnel enseignant.
  • que l’éducation permanente constitue un droit pour tous les citoyens et toutes les citoyennes et que les programmes devraient être universels, accessibles et convenablement financés.