Mary Courchene remporte le Prix du mérite exceptionnel en éducation autochtone de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants de 2014.

Par Kate Hawkins

Lorsque Mary Courchene a été forcée de quitter son foyer situé dans la réserve de la Première Nation Sagkeeng pour commencer ses études dans un pensionnat dans les années 1950, elle était certaine que jamais elle ne deviendrait enseignante.

« Je n’avais aucune envie de devenir enseignante parce que tout cela était alors pour moi encore trop traumatisant », dit-elle.

Ce n’est qu’en 7année, grâce aux bons soins et à l’encouragement d’une enseignante influente, qu’elle s’est rendu compte jusqu’à quel point l’enseignement pouvait changer la vie des enfants.

« Elle disait toujours “Mary, tu es tellement intelligente”… Elle s’est occupée de moi et s’est rendu compte de ce petit quelque chose en moi… Elle a été ma première vraie enseignante. J’en garderai toujours un précieux souvenir. C’est grâce à elle si je suis devenue enseignante », ajoute-t-elle.

Après avoir fait ses études à l’Université de Brandon, Mary Courchene a été enseignante à l’élémentaire et au secondaire, conseillère, doyenne de l’École de l’éducation autochtone au Collège Red River et la première directrice de l’école secondaire Children of the Earth, la première école secondaire autochtone en milieu urbain au Manitoba.

Elle a également été surintendante adjointe à Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, a été membre fondatrice du Manitoba First Nation Education Resource Centre et a fait partie du premier Comité d’enseignantes et d’enseignants autochtones en milieu urbain.

« Pour moi, enseigner, c’est tisser des liens, et c’est ce qui compte le plus. Après tout, nous sommes tous et toutes interreliés », explique-t-elle.

Bien qu’elle ait pris sa retraite en 2003, Mary Courchene, sentant qu’elle avait encore « trop d’énergie », a peu après accepté le poste d’ainée en résidence pour les divisions scolaires de Transcona et de Seven Oaks.

Bien qu’elle ait remporté de nombreux prix pour son excellence en enseignement, elle soutient que le prix de la FCE revêt une signification bien spéciale pour elle :

« C’est au fil de mes années d’enseignement que le véritable sens de ce qu’est enseigner et être une bonne enseignante s’est concrétisé. Et la raison pour laquelle je chérirai ce prix est qu’il incarne la réalisation du rêve que j’avais d’assurer un avenir meilleur à mes enfants et aux élèves autochtones, et de nous voir atteindre une véritable égalité. »

Le Prix du mérite exceptionnel en éducation autochtone reconnait l’importance du personnel enseignant autochtone et de la culture autochtone dans l’éducation canadienne. Il est décerné à un enseignant ou à une enseignante qui a fait preuve d’un grand leadership en éducation autochtone et d’un engagement communautaire à l’égard de l’éducation publique dans le cadre d’un programme d’études qui inclut l’histoire, la culture et la langue autochtones.

Mary Courchene a été mise en candidature par la Manitoba Teachers’ Society (MTS). En tant qu’enseignante et directrice d’école du Manitoba, elle a été membre de la MTS pendant toute sa carrière, en plus d’avoir été membre d’un comité consultatif de surintendants et surintendantes associé à la MTS.

(Kate Hawkins, étudiante en journalisme, a été agente de communication à la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants pendant l’été 2014.)