James Dinn (NLTA), candidat à la vice‑présidence de la FCE

DÉCLARATION ÉLECTORALE

[Traduction libre] « Lorsqu’on finit de gravir une montagne, on se rend compte qu’il y en a beaucoup d’autres à gravir. »
Nelson Mandela

L’an dernier, avec votre appui, j’ai accepté d’assumer les responsabilités de vice-président de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE). Je vous invite à m’appuyer cette année encore.

En tant que membres de la FCE, nous avons gravi ensemble de hautes montagnes cette année. Nos collègues de la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique se sont joints à nouveau à la grande famille de la FCE, renforçant par le fait même notre voix nationale. Nous avons par ailleurs réussi à doter le poste de secrétaire général adjoint, ce qui contribue grandement à consolider l’équipe du personnel de la FCE.

Cela dit, d’autres montagnes se dressent devant nous.

La privatisation et la commercialisation de l’éducation, la pauvreté des enfants et l’insuffisance des services de santé mentale ne sont que quelques-uns des problèmes auxquels nous et notre système d’éducation financé par l’État nous heurtons. Mais nous, membres d’une organisation nationale de l’enseignement, avons la force et la solidarité nécessaires pour gravir ces montagnes.

Au cours de la dernière année, j’ai eu le privilège de vous servir à titre de membre du Comité exécutif. Je demeure fortement attaché à une organisation nationale qui a la capacité non seulement de défendre les intérêts de la population enseignante, mais aussi de transformer notre société.

Je vous invite à m’appuyer pour qu’ensembIe, nous puissions continuer de représenter la profession enseignante d’une voix forte.

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Âgé de 57 ans, James Dinn est né et a grandi à St. John’s, où il habite toujours. Il termine actuellement son deuxième mandat à titre de président de la Newfoundland and Labrador Teachers’ Association (NLTA). Son engagement auprès de son association provinciale ne date pas d’hier. James a été membre du Comité exécutif provincial pendant plus de dix ans, dont quatre à titre de vice-président.

James et son épouse Michelle, une enseignante à la retraite, sont les parents de trois enfants d’âge adulte, dont un a choisi de faire carrière comme enseignant au conseil scolaire francophone de la province. James a enseigné pendant 32 ans avant de quitter la salle de classe en 2013 pour assumer ses responsabilités de président de la NLTA. Il a enseigné tant dans de petites écoles en milieu rural que dans de grandes écoles en milieu urbain. Depuis qu’il est devenu président, il s’est donné le mandat de visiter les écoles de toute la province, ce qui n’est pas une mince tâche dans une province comme Terre-Neuve-et-Labrador où les défis géographiques sont nombreux. Mais, comme le dit James, si une personne veut représenter les enseignantes et enseignants, il est important qu’elle les rencontre dans leur milieu de travail.

James est un fervent défenseur de la justice sociale et estime qu’on évalue une société à la manière dont elle traite ses citoyennes et citoyens les plus vulnérables. Il appuie depuis longtemps (plus de 25 ans) plusieurs organisations internationales de promotion de la justice sociale et fait partie de conseils d’administration d’organisations locales à but non lucratif qui se vouent à la réduction de la pauvreté et viennent en aide aux sans-abris.