La réduction de l'effectif des classes est vue comme la priorité absolue en matière de dépenses par la majorité des Canadiens et Canadiennes depuis 1997

Le 10 juillet 2008

(Service de nouvelles de la FCE — Moncton, N.-B.) La population canadienne continue de classer la réduction de l’effectif des classes comme la priorité numéro un sur le plan des dépenses en éducation, selon un sondage national d'opinion publique dont les résultats ont été diffusés aujourd’hui par la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE).

En diffusant ces résultats à l'Assemblée générale annuelle de la Fédération à Moncton (Nouveau‑Brunswick), la présidente de la FCE, Emily Noble, a expliqué que l’idée d’avoir de plus petites classes n’est pas nouvelle et ressurgit constamment comme étant la priorité pour la population canadienne : « Dans sept sondages d’opinion publique sur huit effectués à l’échelle nationale depuis 1995, la réduction de l’effectif des classes a été citée comme la principale priorité en matière de dépenses, et ce, malgré la variation au fil du temps des autres priorités proposées.

« La population associe de petites classes à de meilleures chances de succès, car les enseignants et enseignantes peuvent donner davantage d’attention individuelle aux élèves, explique Mme Noble. Une plus grande attention personnalisée permet aux élèves d'atteindre le niveau de rendement qui correspond à leurs habiletés et à leurs aptitudes à apprendre. »

Le sondage a également révélé un appui record à l’égard d’un financement gouvernemental accru pour l’éducation publique. Lorsqu’on leur a demandé s’ils souscriraient ou s’opposeraient à une hausse du financement des écoles élémentaires et secondaires publiques, neuf Canadiens et Canadiennes sur dix ont répondu par l’affirmative.

(Veuillez cliquer sur les liens suivants pour les faits saillants et la répartition par pourcentage)

« Cet appui à une augmentation du financement de l’éducation par l’État est le plus élevé qui ait été enregistré dans les dix sondages réalisés depuis   1986. Ces résultats soulignent clairement la valeur que la population canadienne accorde à l’éducation et au rendement des élèves à l’école. »

Commandé par la FCE tous les deux ans, le Sondage sur les Dossiers nationaux en éducation examine les opinions de la population sur l’éducation publique au Canada. Vector Research + Development Inc. a réalisé ce sondage en ligne entre le 27 février et le 11 mars 2008 auprès de 2 523 Canadiens et Canadiennes aux quatre coins du pays.

La FCE est la porte-parole nationale de 220 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. Elle compte des organisations Membres dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada ainsi qu’un Membre affilié en Ontario. La FCE (http://www.ctf-fce.ca) adhère également à l'organisation internationale des membres de la profession enseignante, soit l'Internationale de l'Éducation (http://www.ei-ie.org).

-30-

Commentaires : Emily Noble, présidente de la FCE, 613-688-4300 ou 613-899-4209 (cell.)

Renseignements généraux : Myles Ellis , directeur des Services économiques et Services aux
membres, 613-688-4302 ou 613-899-4213 (cell.)

Contact avec les médias : Francine Filion, directrice des Communications, 613-688-4314 ou
613-899-4247 (cell.)