Le 5 octobre est la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants : Agir pour le personnel enseignant, c’est agir pour l’éducation publique

Le 02 octobre 2012

Ottawa… À l’occasion de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants (le 5 octobre), la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) désire remercier les parents, les élèves et les organisations partenaires qui défendent les intérêts de la population enseignante et de l’éducation publique année après année. (http://www.ctf-fce.ca/fr/Pages/About/Member-Organizations.aspx). Le thème de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants de cette année, « Agissons pour les enseignant(e)s », a été choisi par l'Internationale de l'Éducation et l’UNESCO.

« La Journée mondiale des enseignantes et des enseignants ne sert pas seulement à honorer l’ensemble des membres de la profession; elle constitue également une occasion de reconnaitre le soutien que la population enseignante reçoit de la communauté et de la société », indique le président de la FCE, Paul Taillefer, faisant allusion à des sondages d’opinion publique qui montrent que la profession enseignante fait partie des cinq professions les plus dignes de confiance au Canada.

« Les Canadiennes et Canadiens ont beaucoup d’attentes à l’égard du personnel enseignant et de l’éducation publique, ajoute M. Taillefer, et les enseignantes et enseignants du Canada répondent à ces attentes comme le montre la réussite largement reconnue des élèves aux évaluations internationales.

« Cependant, les défis que doivent relever les enseignantes et enseignants dans la société d’aujourd’hui sont encore plus grands qu’il y a 20 ans, comme l’indique le rapport du 19 septembre de Statistique Canada qui montre que la vie des familles canadiennes est trop complexe pour une approche unique. Cette réalité se voit quotidiennement dans les salles de classe du Canada où les enseignantes et enseignants s’efforcent d’éduquer beaucoup plus d’élèves ayant des besoins d’apprentissage différents et des problèmes de santé mentale dans un contexte de démographie changeante, par exemple en ce qui concerne l’origine ethnique des élèves et la structure familiale. Les enseignantes et enseignants doivent également tenter d’atténuer les effets de la pauvreté et d’autres facteurs socioéconomiques en essayant de rejoindre tous les élèves de la classe sans exception.

« Mais malgré les défis à relever en cette époque de mondialisation, les enseignantes et enseignants et leurs organisations continuent de montrer la voie à suivre, estime M. Taillefer. Au cours des dernières années, l’éducation publique de qualité du Canada a connu un essor important malgré le soutien faiblissant des gouvernements, et ce grâce au travail des enseignantes et enseignants qui veillent à ce que leur expertise dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage guide les politiques en éducation », conclut Paul Taillefer.

Regroupant 15 organisations Membres et un Membre affilié qui ensemble représentent près de 200 000 enseignantes et enseignants du Canada, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) adhère à l’organisation internationale des membres de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation (IE).

Suivez la FCE sur Twitter @CTFPresident, @CanTeachersFed, @EnseigneCanada.

-30-

Commentaires :

Paul Taillefer, président de la FCE

Contact :

Francine Filion, directrice des Communications, 613-688-4314 ou 613-899-4247 (cell.)