La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants adopte un plan d’action pour contrer la cyberintimidation

Le 19 novembre 2007

Ottawa – Hier soir, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) a adopté un plan d’action pour se pencher sur les nombreux problèmes occasionnés par la cyberintimidation dans le contexte des écoles et de la vie professionnelle des enseignantes et enseignants.

Selon la présidente de la FCE, Emily Noble, le plan d’action n’est qu’une partie de l’ensemble de la stratégie planifiée par le groupe de travail national mis en place en juillet dernier à l’Assemblée générale annuelle de la FCE.

Le groupe de travail, composé de personnes représentant des organisations Membres de la FCE, de recherchistes en éducation ainsi que de spécialistes des technologies des communications pour l’éducation, ont analysé les problèmes liés à la création de nouvelles technologies et l’effet de ces dernières dans un milieu d’enseignement et d’apprentissage.

« L’intimidation reste de l’intimidation qu’elle soit faite en ligne avec la plus récente technologie ou qu’elle soit faite en personne — et elle est inacceptable affirme Mme Noble. Nous voulons que nos écoles soient des endroits sécuritaires pour l’apprentissage. »

« La FCE collaborera avec le corps enseignant, les parents, les organismes d’application de la loi, les décisionnaires et les législateurs pour trouver des solutions et des appuis qui permettront à la population enseignante d’enseigner et aux élèves d’apprendre, dans un milieu sécuritaire sans intimidation, y compris la “cyberintimidation” naissante » poursuit Mme Noble.

D’autres activités comprennent :

  • l’élaboration et la diffusion d’une politique nationale sur la cyberconduite en collaboration avec les organisations Membres de la FCE;
  • des initiatives menées conjointement avec les partenaires clés en éducation;
  • des ressources, des publications et des articles sur le Web à l’intention des enseignantes et enseignants, des parents et des élèves;
  • des pressions politiques à l’échelon fédéral en vue de la protection législative contre la cyberintimidation;
  • le travail en collaboration avec d’autres organisations d’enseignantes et d’enseignants à l’échelle mondiale, sous l’égide de l’Internationale de l’Éducation.

Le Conseil d’administration de la FCE se rencontre lundi et mardi à Ottawa pour discuter de cette question et d’autres points liés aux activités de la Fédération.

La FCE est la porte-parole nationale de 220 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. Elle compte des organisations Membres dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada ainsi qu’un Membre affilié en Ontario. La FCE (http://www.ctf-fce.ca) adhère également à l’organisation internationale de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation (http://www.ei-ie.org).

-30-

Comments:

Emily Noble, CTF President, 613-232-1505

Contact:

Francine Filion, Director of Communications, 613-688-4314, or cell 613-899-4247