Le budget fédéral ne répond pas aux besoins des enfants et des familles canadiennes

Le 28 février 2008

(Ottawa) Selon la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE), le budget du gouvernement fédéral déposé cette semaine est décevant pour le corps enseignant, les enfants et les jeunes et fait peu pour aborder les questions de justice sociale au Canada.

« Le budget fédéral manque énormément de vision car il omet de se concentrer sur des approches innovatrices et dynamiques à long terme en faveur des familles et de la santé, du bien-être et de l’éducation des jeunes et des enfants, affirme la présidente de la FCE, Emily Noble. « La FCE croit qu’une forte cohésion sociale pour l'ensemble des Canadiens et Canadiennes est un investissement dans la prospérité à long terme, et qu’investir dans les enfants et les familles est le moyen le plus efficace de former des citoyennes et citoyens actifs et engagés qui contribueront au bien-être socioéconomique de notre pays.

« En tant qu’enseignants et enseignantes, nous observons que bon nombre d'enfants et de jeunes n'ont pas la chance de s'épanouir pleinement parce que leur famille ne reçoit pas la gamme de services de soutien dont elle a besoin, explique Emily Noble. Le gouvernement fédéral a la responsabilité d’aider les écoles ainsi que les conseils ou commissions scolaires qui s’évertuent, par exemple, à fournir des services linguistiques et d'autres services éducatifs aux enfants immigrants et réfugiés, de même qu’une gamme de services auxiliaires de soutien destinés aux enfants et aux jeunes. 

« Non seulement le gouvernement fédéral doit aborder les questions des services et des ressources non liés à l’emploi nécessaires aux familles immigrantes, mais il doit aussi donner l’exemple en aidant à fournir aux écoles les services les plus essentiels comme les services de traduction et d’interprétation, à élaborer des programmes pour les membres du personnel enseignant, les élèves et les parents afin de comprendre et de valoriser les différences culturelles.

« Alors que le Canada se classe au rang des meilleurs pays du monde où il fait bon vivre, nos taux de pauvreté parmi les enfants, les jeunes et les familles autochtones et des Premières nations sont inacceptables. Bien que le gouvernement fédéral ait eu l’occasion de financer des services de soutien à domicile et de prévention pour aider les enfants des Premières nations et leur famille, il a décliné ses responsabilités. 

« Selon les propres recherches du gouvernement fédéral, il est évident que la prévention et les stratégies d’intervention précoce donnent des résultats tangibles. Pourtant, notre pays ne prend pas de mesures positives pour se rapprocher de l’élaboration d’un programme national de services de garde d’enfants qui fournisse à tous les enfants des services de garde et d'apprentissage à des tarifs abordables. L’approche actuelle à l’égard des services de garde va à l’encontre des personnes ayant de faibles revenus et favorise la croissance de services de garde d’enfants à but lucratif offerts par des multinationales. Le Canada a les ressources pour être un chef de file mondial à cet égard.

« C’est également regrettable que le gouvernement fédéral n’ait pas jugé bon de rétablir le financement de programmes de valeur qui ont permis aux Canadiens et aux Canadiennes de hausser la voix par rapport aux questions de justice sociale, ajoute-t-elle. Le renouvellement de l’appui financier à de nombreux organismes, comme Condition féminine Canada, et le rétablissement du Programme de contestation judiciaire contribueraient grandement à faire progresser le Canada sur le chapitre des droits sociaux et de la personne. »

La FCE est la porte-parole nationale de 220 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. Elle compte des organisations Membres dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada ainsi qu’un Membre affilié en Ontario. La FCE (http://ww.ctf-fce.ca) adhère également à l’organisation internationale de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation (http://www.ei-ie.org).

-30-

Commentaires : Emily Noble, présidente de la FCE, 613-232-1505
Contact avec les médias : Francine Filion, directrice des Communications, 613-688-4314