Le Prix spécial de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants souligne les services rendus à l’éducation et à la profession enseignante

Le 15 juillet 2010
Edmonton… Trois porte-paroles de la profession enseignante et un ancien ministre de l’Éducation sont les lauréats du Prix spécial de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) de 2010. Ce prix est décerné à des personnes qui ont rendu des services méritoires à l'éducation ou à la profession enseignante à l'échelle interprovinciale, territoriale, nationale ou internationale. Mary-Lou Donnelly, présidente de la FCE, présente ce prix aujourd’hui à l’occasion d’une cérémonie qui se déroulera à l’heure du midi pendant l’Assemblée générale annuelle de la FCE.

Voici les détails de la cérémonie nationale de remise des prix de la FCE :

Date :  Le jeudi 15 juillet 2010
Heure : 11 h 45
Lieu : Hôtel Sutton Place, Edmonton
Description : Présentation du Prix de promotion de l’éducation publique, du Prix spécial de la FCE et du Prix du mérite exceptionnel en éducation autochtone

La lauréate et les lauréats du Prix spécial de la FCE de cette année sont :

Bob Fitzpatrick, New Brunswick Teachers’ Association (NBTA)

Bob Fitzpatrick a toujours eu comme devise de « servir » plutôt que d’« impressionner ». Offrir les meilleurs conseils possible au personnel enseignant qui en a besoin a toujours constitué une priorité pour lui. De nombreux enseignants et enseignantes du Nouveau-Brunswick ont passé la plus grande partie de leur carrière en sachant que s’ils avaient besoin de conseils ou s’ils voulaient simplement faire connaître leur point de vue sur une question, ils n’avaient qu’à « appeler Bob ». Élu président de la New Brunswick Teachers’ Association (NBTA) en 1989, Bob a occupé ce poste pendant deux ans avant de revenir comme directeur d’école dans sa ville natale de Chatham, aujourd’hui appelée Miramichi. Cette période s’est révélée n’être qu’une brève interruption dans ses responsabilités provinciales, car M. Fitzpatrick était de retour à Fredericton en 1993 à titre de directeur général de la NBTA, poste qu’il a occupé jusqu’en 2010. Solide défenseur de la FCE, Bob a exécuté avec distinction de nombreuses fonctions au sein de la FCE dans le but de promouvoir la profession enseignante et l’éducation au Canada. Sa carrière en éducation s’étale sur trois décennies.

Donna Marie Kennedy, Ontario English Catholic Teachers’ Association (OECTA)

Donna Marie Kennedy est la porte-parole « par excellence » du milieu de l’enseignement. À titre de présidente locale, elle a mis à contribution son grand instinct politique pour défendre les membres auprès du conseil scolaire et du Conseil des présidents et présidentes de l’OECTA. Ses convictions, sa persévérance et son éloquence l’ont amenée à siéger au premier conseil d’administration de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, en 1997. C’est ainsi qu’elle est devenue la première présidente du Conseil, à une période charnière où les personnes représentant la profession enseignante se débattaient pour prendre la direction de « leur » organisme de réglementation.

Comme présidente, Donna Marie a dirigé la résistance opposée par l’Ordre au gouvernement Harris au sujet de son programme d’évaluation du personnel enseignant, puis elle a continué son combat après avoir été élue première vice-présidente de l’OECTA en 2002. Elle a appuyé les activités d’action politique de l’OECTA visant à faire élire un gouvernement provincial soucieux de l’éducation. Élu en 2003, le gouvernement libéral a annulé le projet controversé d’apprentissage professionnel qui ouvrait la voie à un processus de recertification perpétuelle. Au cours de son mandat de quatre ans à titre de présidente de l’OECTA, elle a amené cette association à renforcer sa position dans les négociations collectives grâce à la conclusion de la première entente cadre quadriennale et à offrir un plus grand nombre de cours de perfectionnement professionnel.

David King, The Alberta Teachers’ Association (ATA)

David King est partisan de solides organisations de l’enseignement ainsi qu’un très bon ami et allié de la profession enseignante. À l’instar des politiques des associations et des fédérations de l’enseignement, la position de David sur les écoles à charte et privées est claire. En tant que ministre de l’Éducation, il a été chargé de mettre en place de multiples initiatives, notamment le programme de technologie informatique dans les écoles, le programme d’écoles communautaires désignées et le programme de stages en enseignement. Il a présenté des exposés à de nombreux symposiums sur le véritable apprentissage avant tout, ajoutant ainsi sa voix faisant autorité au travail qu’accomplissait l’ATA sur la responsabilisation et la politique éducationnelle. David King a tenu la charge de ministre de l’Éducation en Alberta plus longtemps que tout autre ministre dans cette province au cours des 30 dernières années. Originaire de Perth (Ontario), David King a consacré sa vie au monde de la politique, après quoi il s’est érigé en défenseur de l’éducation publique.

Lyle Vinish, Fédération des enseignantes et des enseignants de la Saskatchewan (FES)

Tout au long de ses 33 années de carrière en éducation, Lyle Vinish a fortement appuyé la profession enseignante sur la scène locale, provinciale, nationale et internationale. Avant d’être nommé secrétaire général de la FES (2003-2008), Lyle a occupé pendant cinq ans le poste de secrétaire général adjoint et, pendant 13 ans, celui d’adjoint exécutif des services de bien-être de la profession enseignante. Il est entré au service de la FES après avoir travaillé pendant dix ans comme enseignant en classe. Lyle a par ailleurs siégé à la Commission de la caisse de retraite des enseignants et enseignantes pendant 15 ans et au Conseil d’administration du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de la Saskatchewan pendant 12 ans. Il a également apporté son soutien au Comité de négociation provinciale de la FES durant 14 ans. Il a de plus joué un rôle de premier plan dans la négociation d’un accord réciproque de transfert de pension entre les régimes de pension de la profession enseignante dans tout le pays. Cet accord a pour but de favoriser la mobilité des enseignantes et des enseignants partout au Canada. L’accord a été conclu en 2001.


La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants est la porte-parole nationale de presque 200 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. Elle compte des organisations Membres dans tout le Canada. En outre, la FCE adhère à l’organisation internationale de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation.

-30-

Commentaires : Mary-Lou Donnelly, présidente de la FCE

Contact avec les médias : Francine Filion, directrice des Communications, 613-899-4247 (cell.)