De hauts dirigeants et dirigeantes d’organisations canadiennes et américaines de l’enseignement examinent l’apport du personnel enseignant à la qualité du système d’éducation publique du Canada

Le 07 janvier 2011

OTTAWA… Quels facteurs font du système d’éducation publique du Canada une institution solide, équitable et respectée sur la scène internationale, et de quelles manières la population enseignante et ses syndicats contribuent à ce succès? Ces questions seront au premier plan des discussions que tiendront la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) et la National Education Association (NEA) de Washington, à Ottawa, les 9 et 10 janvier prochains.

« La NEA, qui compte 3,2 millions de membres, s’emploie présentement à rassembler les faits concernant les éléments et les systèmes clés en place qui contribuent à un système d’éducation solide », explique Mary-Lou Donnelly, présidente de la FCE. « Nous sommes fiers que la NEA considère le système d’éducation publique du Canada comme l’un des meilleurs du monde et qu’elle puisse se servir des renseignements qu’elle aura obtenus sur le Canada lors de l’International Summit on the Teaching Profession (sommet international sur la profession enseignante) qui aura lieu à New York, les 16 et 17 mars 2001. »

Pendant son séjour à Ottawa, Dennis Van Roekel, président de la NEA, se réunira avec Mme Donnelly et des porte-paroles de la profession enseignante du Canada pour discuter des composantes essentielles d’une éducation publique de qualité et des manières dont les syndicats de l’enseignement contribuent à l’essor de cette éducation.

« Nous travaillons fort à transformer nos écoles afin que chaque élève en Amérique ait accès à une éducation publique de grande qualité », déclare Dennis Van Roeke, président de la NEA. « Je suis particulièrement désireux de mieux comprendre comment le système canadien recrute, forme et maintient en poste des enseignantes et enseignants accomplis, et de discuter de façons dont nous pouvons faire entendre davantage nos membres dans les importants débats de politique. »

L’International Summit on the Teaching Profession est convoqué par le ministère de l'Éducation des États-Unis, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Internationale de l’Éducation (IE), de concert avec des organismes planificateurs des États-Unis, soit la National Education Association, l’American Federation of Teachers, le Council of Chief State School Officers, l’Asia Society et le réseau WNET, une grande chaine de télévision publique aux États-Unis.

La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants est la porte-parole nationale de près de 200 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. De plus, la FCE adhère à l'organisation internationale des membres de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation.

-30-

Commentaires :  Mary-Lou Donnelly, présidente de la FCE
Dennis Van Roekel, président de la NEA
Renseignements : Francine Filion, directrice des Communications de la FCE, 613-688-4314 ou 613-899-4247 (cell.)