La FCE applaudit à l’adoption du projet de loi d’initiative parlementaire sur la cyberintimidation

Le 13 juin 2012
Ottawa…. La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) estime que l’adoption du projet de loi C-273 peut contribuer concrètement à accroitre l’efficacité du Code criminel du Canada pour ce qui est d’aborder de front le problème de la cyberintimidation dans tout le pays.

Dans une lettre adressée à Hedy Fry, la députée fédérale de Vancouver-Centre qui a présenté ce projet de loi, le président de la FCE, Paul Taillefer, félicite la députée pour son travail diligent et sa détermination à faire avancer ce dossier qui revêt une importance capitale pour le personnel enseignant.

Il tient les propos suivants : « Les enseignantes et enseignants du Canada sont convaincus de l’importance de milieux d’apprentissage et d’enseignement sains. Toutefois, ils doivent pouvoir compter sur le soutien du milieu politique pour créer de tels milieux. Bien qu’ils estiment que le projet de loi constitue un pas dans la bonne direction, il doit être également assorti de mesures proactives par l’intermédiaire de l’éducation pour promouvoir le comportement en ligne approprié et la citoyenneté numérique responsable. »

Les modifications que propose ce projet de loi au Code criminel, auxquelles s’ajoutent les mesures de protection qu’ont déjà adoptées tous les ordres de gouvernement, viendront renforcer les efforts que déploie à l’heure actuelle le secteur de l’éducation pour s’attaquer à la cyberintimidation.

En 2008, la FCE a adopté un principe directeur visant à aborder de front le problème de la cyberintimidation à l’échelle du Canada. Les fondements s’appuient sur la prémisse que la création d’écoles sécuritaires et bienveillantes qui favorisent des milieux de travail sains pour les membres du personnel enseignant et des milieux d’apprentissage sains pour les enfants et les jeunes devrait constituer une priorité nationale. La FCE a déjà diffusé la deuxième édition de sa brochure Cyberconseils pour le personnel enseignant qui fournit également des renseignements sur les médias sociaux. Plus de 150 000 exemplaires de cette brochure ont été mis en circulation.

La FCE a présenté des mémoires à plusieurs reprises à des comités parlementaires et s’est réunie avec des fonctionnaires de Justice Canada afin de les inciter à modifier le Code criminel de manière à ce qu’il traite du harcèlement en ligne, de la cybermenace et de la cyberintimidation. Le 14 mai, des personnes représentant la FCE se sont rendues sur la Colline du Parlement pour présenter un exposé devant le Comité sénatorial permanent des droits de la personne sur l’impact de la cyberintimidation au Canada.

Regroupant 15 organisations Membres et un Membre affilié qui ensemble représentent près de 200 000 enseignantes et enseignants du Canada, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) adhère à l’organisation internationale des membres de la profession enseignante, l’Internationale de l'Éducation (IE).

Suivez la FCE sur Twitter @CTFPresident, @CanTeachersFed, @EnseigneCanada.

-30-

Commentaires : Paul Taillefer, président de la FCE
Contact : Francine Filion, directrice des Communications, 613-688-4314