Les enseignantes et les enseignants canadiens signalent des ressources peu abondantes sur les droits de la personne : sondage

Le 08 mai 2013

WINNIPEG – Des enseignantes et enseignants d’un bout à l’autre du pays ont indiqué qu’il y a un besoin pressant pour des ressources et des outils d’éducation liés aux droits de la personne, en particulier pour l’enseignement de ce sujet aux enfants plus jeunes, selon un sondage national organisé par la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) et le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP).

Une énorme proportion des participantes et participants, soit 92 %, ont dit que les enseignantes et les enseignants accordent beaucoup de valeur à l’éducation sur les droits de la personne, même s’ils ou elles sentent déjà que des attentes pèsent sur eux dans le contexte de programmes d’études exigeants. Et 94 % ont indiqué qu’il était important pour eux d’acquérir davantage de connaissances et de compétences liées à des méthodes adaptées à l’âge de leurs élèves pour enseigner le sujet des droits de la personne.

« Il n’y a pas suffisamment de ressources pour enseigner les droits de la personne aux élèves, surtout à ceux du niveau primaire, et c’est là qu’il faut commencer avant que les préjugés ne soient ancrés », a indiqué un participant en réponse à la question sur les plus grands difficultés liées à l’enseignement des droits de la personne au Canada. Les enseignantes et les enseignants ont aussi dit qu’ils ont besoin d’aide et de stratégies pour répondre aux préoccupations des élèves sur les droits de la personne, ainsi que de ressources pour aborder les enjeux actuels au Canada qui touchent les droits de la personne.

« Les résultats de ce sondage confirment un vif désir de la part du personnel enseignant d’acquérir davantage d’outils et de compétences pour aider les élèves à comprendre la valeur des droits de la personne », a signalé le président de la FCE, Paul Taillefer, lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui à l’École St. Avila conjointement avec le président-directeur général du MCDP, Stuart Murray, et des représentants de la Manitoba Teachers’ Society.

M. Murray a indiqué que le Musée aidera à combler les lacunes en matière d’éducation sur les droits de la personne au moyen de son contenu et de son rôle de carrefour national d’éducation quand il ouvrira les portes l’année prochaine, et aussi au moyen de ses partenariats solide avec les éducatrices et les éducateurs à tous les niveaux. Dans un premier temps, le MCDP et la FCE travaillent à créer la première trousse nationale d’outils liés aux droits de la personne, à l’intention du personnel enseignant, assemblant ainsi une base de données consultable sans précédent de ressources éducatives portant sur les droits de la personne pour les niveaux de la maternelle à la 12e année.

« Les enseignantes et les enseignants canadiens sont des intervenants de première ligne en matière de droits de la personne, remarque M. Murray. Nous voulons les aider et nous prévoyons faire ceci de bien des façons. En tant que Musée, notre objectif est de faciliter le dialogue, les discussions et l’apprentissage sur les droits de la personne. Les enseignantes et les enseignants ont ces mêmes objectifs; ils sont donc des partenaires naturels. »

À l’École St. Avila, qui fait partie de la division scolaire Pembina Trails, les élèves étudient les droits de la personne et participent à un programme innovateur d’échange avec une école en Chine. Dans le cadre d’un projet récent, ils et elles ont créé des œuvres d’art sérigraphiées sous la direction de l’artiste locale Karen Cornelius. Les œuvres combinent des images d’eux-mêmes avec leurs écrits au sujet de la Déclaration des Nations Unies sur les droits de l’enfant. Les magnifiques résultats ont été exposés à la bibliothèque du millénaire de Winnipeg, et certaines des œuvres ont été envoyées en Chine où elles faisaient partie d’une exposition internationale d’art d’enfants.

« Ce n’est pas suffisant pour les enseignantes et les enseignants de dire aux élèves d’être gentils, de chanter une chanson ensemble et de faire semblant qu’on a enseigné le sujet des droits de la personne, souligne le directeur d’école Gordon Campbell. Il est important que les élèves comprennent qu’il n’y a pas de réponse simple, mais qu’on peut tout de même améliorer les choses en prenant position et en défendant nos croyances. Les enseignantes et les enseignants ont besoin de ressources pour les aider à offrir des leçons sur les droits de la personne qui sont significatives pour les élèves de tous les âges. »

Quelque 2 585 enseignantes et enseignants de partout au Canada, dont un grand nombre du Manitoba, ont répondu au sondage en ligne de la FCE et du MCDP. Selon les résultats du sondage, la plupart des écoles offrent de l’éducation sur les droits de la personne, mais plus de 40 % des enseignantes et des enseignants mentionnent que les ressources sont insuffisantes pour appuyer l’enseignement du sujet. Les enseignantes et les enseignants ont aussi indiqué qu’ils souhaitent vivement avoir accès à des conférenciers et conférencières pouvant offrir leur témoignage personnel en matière de droits de la personne. Rapport sommaire des résultats.

En plus de concevoir la trousse nationale d’outils à l’intention du personnel enseignant, le Musée et la FCE collaborent avec l’Assemblée des Premières Nations, l’organisation Inuit Tapiriit Kanatami et le Robert F. Kennedy Center for Justice and Human Rights pour établir un programme national de la maternelle à la 12e année qui s’appellera « Canadiennes et Canadiens voués à la défense des droits de la personne ».

La Fédération canadienne des enseignantes et enseignants (FCE) est une alliance nationale d'organisations provinciales et territoriales qui représente près de 200 000 enseignantes et enseignants des niveaux élémentaire et secondaire. Le programme Imagineaction de la FCE est un programme d’action sociale école-collectivité qui vise à développer la responsabilité individuelle et collective en vue d’appuyer une citoyenneté socialement juste.

Actuellement en construction à Winnipeg, le Musée canadien pour les droits de la personne est le premier musée entièrement consacré à l'évolution, à la célébration et à l'avenir des droits de la personne au Canada. Il est le premier musée national à être construit depuis 1967 et le premier à l'être à l'extérieur de la région de la capitale nationale.

-30-

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Maureen Fitzhenry
Gestionnaire des relations avec les médias
Musée canadien pour les droits de la personne
204-289-2112
Cell. : 204-782-8442

Francine Filion
Directrice des communications
Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants
613-688-4314
Cell. : 613-899-4247