Examen complet d’aspects importants de l’histoire du Canada entamé par le gouvernement fédéral: dans sa lettre au premier ministre canadien, le président de la FCE partage ses préoccupations au sujet du processus.

Le 13 mai 2013

Version PDF



Le 7 mai 2013

Le très honorable Stephen Harper, C.P., député
Premier Ministre du Canada
Édifice Langevin
Ottawa (Ontario)
K1A 0A2

Objet : « Examen complet d’aspects importants de l’histoire du Canada » tel qu’indiqué dans le procès-verbal du Comité permanent du patrimoine canadien

Monsieur le Premier Ministre,

C’est en me posant de nombreuses questions que j’ai pour la première fois pris connaissance de cet examen — planifié lors d’une séance à huis clos. Mes questions rejoignent celles que se posent les enseignantes et enseignants de tout le Canada, qui voient toute intervention politique directe dans l’écriture et l’enseignement de l’histoire avec une inquiétude légitime.

Abstraction faite de toute question de compétence ou de toute question liée au manque d’expertise des politiciennes et politiciens pour mener un tel examen, des questions se posent à propos du processus qui a servi à déterminer la nécessité de cet examen ainsi que du caractère « accéléré » de l’examen lui-même. Le procès-verbal de la réunion du Comité indique qu’en fin de journée, le 29 avril, lors d’une séance à huis clos, l’examen a été proposé et il a été convenu que les « témoins » seraient sélectionnés deux jours plus tard seulement, soit le 1er mai. Ce processus semble indiquer l’existence d’une liste prédéterminée de témoins éventuels et l’absence totale d’ouverture et de transparence dans la détermination de la nécessité ou du but de l’examen.

Au nom des enseignantes et des enseignants du Canada, je vous demande d’exercer les pouvoirs qui vous sont conférés par votre fonction pour intervenir dans ce processus afin de faire en sorte que tout examen effectivement mené soit ouvert à la participation du public et représentatif de l’ensemble de la société canadienne, et que les recommandations formulées à l’intention du Comité soient fondées sur les connaissances et les compétences de spécialistes.

Espérant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Le président de la FCE,

(Original signé par Paul Taillefer)

Paul Taillefer

cc : L'hon Rob Moore, président du Comité permanent du patrimoine canadien