Les porte-paroles de la profession enseignante réclament une meilleure éducation et une protection accrue pour les enfants lors de la Journée nationale des Autochtones

Le 20 juin 2013
Ottawa… La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) célèbre la Journée nationale des

Autochtones en renforçant son engagement à plaider pour la prestation d’une éducation de qualité qui puisse mieux répondre aux besoins des élèves des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

« Comme la pauvreté et les problèmes qui en découlent continuent d’affliger les peuples autochtones, il est plus nécessaire que jamais de focaliser l’attention nationale sur l’amélioration de l’éducation des enfants autochtones », déclare Paul Taillefer, président de la FCE.

M. Taillefer mentionne l’étude du Centre canadien de politiques alternatives (PDF - disponible en anglais), diffusée le 19 juin, selon laquelle 50 % des élèves autochtones vivent dans la pauvreté, soit plus de trois fois plus que les élèves non autochtones. Cela signifie que 50 % des enfants autochtones courent plus de risques d’éprouver de la difficulté en classe — les enseignantes et enseignants savent que les élèves ont du mal à se concentrer lorsqu’ils ont faim ou sont fatigués.

« Il est tout aussi important de respecter les traditions et la culture des groupes autochtones dans notre quête collective de solutions. »

M. Taillefer ajoute que la FCE et les organisations autochtones ont de nombreuses priorités en commun. La FCE, précise-t-il, fait grand cas de la sécurité, de l’acceptation, de la diversité et de la promotion de ces principes auprès des enfants.

Mary Simon, première ambassadrice du Canada pour les Affaires circumpolaires, comptera parmi les nombreux conférenciers et conférencières. Les élèves de la Westwood High School à St. Lazare (Québec) et de la Pierre Elliot Trudeau School à Gatineau (Québec) qui ont participé au Projet du Cœur de la FCE et de l’Assemblée des Premières Nations feront également une présentation.

« Nous nous réjouissons à la perspective d’entendre les points de vue de nos organisations Membres et de nos autres partenaires en éducation tels qu’ils nous seront communiqués par leurs représentants et représentantes le mois prochain, affirme Paul Taillefer. De concert avec le personnel enseignant et les communautés autochtones, nous espérons pouvoir encourager le gouvernement fédéral à réduire les disparités en matière d’accès à une base scolaire et à améliorer la vie des enfants. »

La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants est une alliance de près de 200 000 enseignantes et enseignants aux paliers élémentaire et secondaire provenant de 16 organisations, soit 15 organisations Membres et un Membre affilié, de tout le Canada. Suivez la FCE sur Twitter : @CanTeachersFed et @EnseigneCanada.

-30-

Porte-parole :

Paul Taillefer, président de la FCE

Contacts :

Philippa Wolff, agente de communication (anglais), 613-232-1505, poste 139 (bureau)

Francine Filion, directrice des Communications (français), 613-688-4314 (bureau)
ou 613-899-4247 (cell.)