Le 17 mai, Journée nationale de lutte contre l’homophobie : un nouvel outil pédagogique vise à favoriser une meilleure compréhension des élèves BBGLT

Le 16 mai 2007

Ottawa – La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) est heureuse de publier, à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie, Contester le silence, contester la censure, la dernière d’une série de publications conçues pour aider le corps enseignant, les administrations scolaires et le personnel d’orientation à comprendre les besoins en matière d’éducation, de santé et de sécurité des élèves bisexuels, bispirituels, gais, lesbiennes et transgenres (BBGLT).

Contester le silence, contester la censure poursuit le travail amorcé par ces trois ressources pédagogiques publiées par la FCE : Apercevoir l’arc-en-ciel (2002), ouvrage produit en collaboration avec la Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO); Leçons apprises : Un recueil d’histoires et d’articles sur des questions bisexuelles, gaies, lesbiennes et transgénéristes (2005); Guide des alliances d’élèves gais et hétérosexuels (2006).

« Nous espérons que Contester le silence, contester la censure se retrouve dans chaque école du Canada », déclare le président de la FCE, Winston Carter. « Les éducatrices et éducateurs veulent ce qu’il y a de meilleur pour leurs élèves. Cet ouvrage a donc été rédigé afin de renseigner davantage les chefs du milieu de l’éducation sur les mesures à prendre pour défier et changer positivement les conditions d’apprentissage et le climat social pour les jeunes BBGLT dans les écoles.

« Toute minorité n’est pas nécessairement visible. Le droit légal et moral qu’ont les jeunes BBGLT d’apprendre dans un milieu scolaire à la fois sécuritaire et intégrateur est menacé quotidiennement. La censure explicite et implicite de même qu’une culture d’apathie par rapport aux injures, à l’intimidation et à d’autres formes d’agression sont des problèmes systémiques et profondément enracinés tant dans les écoles que dans la société en général.

« Si cet ouvrage se veut un outil professionnel et pratique, il est en dernière analyse un appel à l’action pour la création d’écoles et de communautés sécuritaires, bienveillantes et intégratrices pour tous les enfants et les jeunes », conclut Winston Carter.

On peut acheter les quatre ouvrages en ligne à www.ctf-fce.ca.

La FCE est la porte-parole nationale de 220 000 enseignantes et enseignants du Canada par rapport à l’éducation et à des questions sociales connexes. Elle compte des organisations Membres dans l’ensemble des provinces et des territoires du Canada. La FCE adhère également à l’organisation internationale des membres de la profession enseignante, soit l’Internationale de l'Éducation. -

30-

Commentaires :

Winston Carter, président de la FCE

Renseignements :

Noreen O’Haire, directrice, Services d’avancement de la profession, 613-232-1505, poste 128

Contact :

Linda Hiles, directrice des Communications par intérim, 613-232-1505, poste 130