Deb St. Amant (Bezhig Waabshke Ma’iingan Gewetigaabo), de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), est la première aînée en résidence à la Faculté d’éducation de l’Université Queen’s, poste qu’elle occupe depuis 2017, et est également coordonnatrice du programme de formation pédagogique autochtone de cette même université.

Deb St. Amant sert bénévolement la communauté autochtone en tant que membre du Katarokwi Grandmothers’ Council, du Land Council, du Kingston Indigenous Languages Nest et du Kingston Thunder Women’s Group (Ontario Native Women’s Association).

Elle est également conseillère en éducation autochtone pour le compte du Limestone District School Board, de l’Algonquin and Lakeshore Catholic District School Board et du Centre ontarien de prévention des agressions (COPA).

Elle a animé des ateliers sur l’éducation autochtone partout en Ontario, depuis Attawapiskat jusqu’à Windsor, pour le COPA, la FEEO, la FEO, le Conseil des arts de l’Ontario et le Bureau de l’éducation autochtone du ministère de l’Éducation. Elle a été coanimatrice à la conférence de l’organisme Indspire et a corédigé des ressources autochtones pour le COPA, la FEO, la FEEO et Right to Play. Deb St. Amant est l’auteure du livre First Nations, Métis, and Inuit Student Success (2014) destiné aux enseignantes et enseignants en formation initiale.

Elle a enseigné au palier élémentaire pendant 30 ans et a pris sa retraite en 2012. Elle a été la première Autochtone à se faire élire au Comité exécutif provincial de la FEEO, où elle a siégé pendant quatre ans (tout en continuant à enseigner à temps plein). Elle a été membre du Conseil d’administration de la FEO et du Comité consultatif de l’éducation autochtone de la FCE/CTF. La FCE/CTF a choisi Deb St. Amant pour représenter le personnel enseignant canadien d’ascendance autochtone au sixième Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation qui a eu lieu au Cap, en Afrique du Sud, où elle a parlé du Rêve de Shannen au Caucus des peuples autochtones.

Sa passion pour l’éducation autochtone fait qu’elle est plus occupée que jamais.