Des chefs de file honorés pour leur excellence en éducation à la 99e Assemblée générale annuelle

Le 17 juillet 2019

Ottawa — La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE/CTF) a rendu hommage à quatre éducatrices et éducateurs exceptionnels pendant son Assemblée générale annuelle, soulignant leur carrière et leur contribution de longue date à la profession enseignante et à l’éducation publique financée par l’État au Canada.

Hommage de 2019 à une éducatrice autochtone exceptionnelle

L’hommage de la FCE/CTF à une éducatrice ou un éducateur autochtone exceptionnel est rendu cette année à Tesa Fiddler, membre de l’Ontario English Catholic Teachers’ Association (OECTA). Tesa Fiddler œuvre dans le secteur de l’éducation depuis 20 ans. Elle a commencé sa carrière comme tutrice accompagnatrice dans la Première Nation de Muskrat Dam, puis a enseigné à des enfants en difficulté à la Dennis Frank Cromarty High School pendant sept ans et dans le programme d’études autochtones du Lakehead District School Board pendant deux ans. Elle a aussi enseigné l’ojibwé pour le compte du Thunder Bay Catholic District School Board et, depuis quelques années, elle exerce le rôle d’enseignante-ressource en éducation autochtone dans ce même conseil scolaire. À ce titre, elle prépare des outils pédagogiques qui présentent des perspectives autochtones, en plus de planifier et d’animer des ateliers d’apprentissage professionnel axés sur les Autochtones à l’intention du personnel du conseil. En outre, elle gère des propositions de financement, des plans, des budgets et des rapports en matière d’éducation autochtone destinés au ministère de l’Éducation et aux autres bailleurs de fonds.

Pendant des années, Tesa Fiddler s’est employée à assurer aux élèves autochtones des espaces d’apprentissage adaptés à leur culture, sécuritaires et appropriés, établissant des liens avec la communauté autochtone en vue d’améliorer l’apprentissage des élèves. Elle a toujours eu à cœur, entre autres, d’améliorer la santé mentale des enfants, d’encourager le perfectionnement professionnel du personnel enseignant, ainsi que de bâtir et d’améliorer les relations entre le système d’éducation et les familles autochtones.

Tesa Fiddler étend son rôle d’enseignante et de personne-ressource bien au-delà de la salle de classe. Elle est membre du conseil de parents du Centre des enfants de Thunder Bay, groupe qui joue un rôle consultatif et militant, et siège au Conseil de Neegahneewin, le conseil consultatif autochtone du Collège Confederation, à Thunder Bay. Elle a aussi contribué pendant dix ans au programme Bon départ à l’intention des Autochtones.

Hommage de 2019 à une aînée autochtone

L’hommage de la FCE/CTF à une aînée ou un aîné autochtone est rendu cette année à Deb St. Amant (Bezhig Waabshke Ma’iingan Gewetigaabo), de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO). Deb St. Amant est la première aînée en résidence à la Faculté d’éducation de l’Université Queen’s, poste qu’elle occupe depuis 2017, et est également coordonnatrice du programme de formation pédagogique autochtone de cette même université.

Deb St. Amant sert bénévolement la communauté autochtone en tant que membre du Katarokwi Grandmothers’ Council, du Land Council, du Kingston Indigenous Languages Nest et du Kingston Thunder Women’s Group (Ontario Native Women’s Association).

Elle est également conseillère en éducation autochtone pour le compte du Limestone District School Board, de l’Algonquin and Lakeshore Catholic District School Board et du Centre ontarien de prévention des agressions (COPA).

Elle a animé des ateliers sur l’éducation autochtone partout en Ontario, depuis Attawapiskat jusqu’à Windsor, pour le COPA, la FEEO, la FEO, le Conseil des arts de l’Ontario et le Bureau de l’éducation autochtone du ministère de l’Éducation. Elle a été coanimatrice à la conférence de l’organisme Indspire et a corédigé des ressources autochtones pour le COPA, la FEO, la FEEO et Right to Play. Deb St. Amant est l’auteure du livre First Nations, Métis, and Inuit Student Success (2014) destiné aux enseignantes et enseignants en formation initiale.

Elle a enseigné au palier élémentaire pendant 30 ans et a pris sa retraite en 2012. Elle a été la première Autochtone à se faire élire au Comité exécutif provincial de la FEEO, où elle a siégé pendant quatre ans (tout en continuant à enseigner à temps plein). Elle a été membre du Conseil d’administration de la FEO et du Comité consultatif de l’éducation autochtone de la FCE/CTF. La FCE/CTF a choisi Deb St. Amant pour représenter le personnel enseignant canadien d’ascendance autochtone au sixième Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation qui a eu lieu au Cap, en Afrique du Sud, où elle a parlé du Rêve de Shannen au Caucus des peuples autochtones.

Sa passion pour l’éducation autochtone fait qu’elle est plus occupée que jamais.

Prix spécial de 2019

Le Prix spécial de la FCE/CTF est décerné cette année à deux personnes. La première lauréate est Diane Dewing, de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (FEO). Forte de ses compétences et de sa passion pour l’enseignement, Diane Dewing va au-delà de la salle de classe pour influencer positivement le cours des choses. Profondément convaincue qu’ensemble nous pouvons bâtir un monde meilleur, elle a fait, sur le terrain, le travail difficile qu’il fallait pour rallier les communautés à un objectif commun. En tant que syndicaliste enseignante depuis plus de 36 ans, elle a la réputation de poser des questions qui incitent à l’action. Au cours de sa carrière, elle a été présidente de sa section locale pendant 18 ans, membre du Comité exécutif provincial de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) pendant 12 ans, membre du Comité exécutif de la FEO pendant 4 ans et, l’an dernier, membre du Conseil d’administration de la FCE/CTF. Cette année, elle occupe la présidence de la FEO.

Diane Dewing a toujours été généreuse de son temps et de son expertise : elle a siégé à dix groupes d’étude, à deux groupes de travail et à sept comités provinciaux de la FEEO, à sept comités de la FEO, ainsi qu’au Comité consultatif de la diversité et des droits de la personne et au Comité des candidatures de la FCE/CTF. Au-delà de son engagement au sein des fédérations, elle a fait partie des conseils d’administration de l’organisme Community Living North Grenville et de la Lanark County Interval House. L’organisme Intégration communautaire Ontario a fréquemment eu recours à ses services pour élaborer des politiques sur l’éducation, animer des conférences et le représenter à des réunions gouvernementales. Elle présente des exposés à des réunions du Congrès du travail du Canada (CTC) et siège comme déléguée aux assemblées générales de la Fédération du travail de l’Ontario et du CTC depuis 2007. Elle a participé à chaque assemblée générale annuelle de la FCE/CTF depuis 2008. En 2018, elle a obtenu le Prix Carol McGregor pour l’activisme en faveur des droits des personnes handicapées décerné par le CTC.

Prix spécial de 2019

Le second lauréat du Prix spécial de la FCE/CTF est Alan Lombard, de l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ). Alan Lombard a mené une carrière impressionnante dans le domaine de l’éducation pendant 50 ans, dont plus de 40 comme représentant ou dirigeant syndical. Il a gravi un autre échelon important dans son militantisme syndical en devenant représentant de la profession enseignante au sein de l’équipe de négociation de l’Association provinciale des enseignantes et enseignants protestants du Québec (APEP) lors du cycle de négociations provinciales de 1976. C’est alors qu’il a été nommé négociateur en chef de l’APEP, charge qu’il a conservée pendant plus de dix ans au cours desquels il a négocié quatre ententes provinciales au nom de l’Association. Avec les nombreuses améliorations importantes qu’elles ont apportées aux conditions de travail, ces ententes constituent, en grande partie, la base de la convention collective actuelle.

Au fil de sa longue carrière, Alan Lombard a travaillé à l’établissement de sa section locale, joué un rôle de premier plan dans élaboration de la convention collective du personnel enseignant du Québec, contribué à la fondation et au développement de l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ) en tant qu’organisation, et aidé des milliers d’enseignantes et enseignants par son appui aux sections locales de l’APEQ. En 1988, il est devenu directeur général de l’Association. Il a joué un rôle déterminant dans le développement de cette organisation et a continué à participer activement à de nombreux cycles de négociations provinciales, contribuant ainsi grandement à améliorer la convention collective provinciale au bénéfice du corps enseignant de toute la province.

Quelques faits

  • Fondée en 1920, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants est la voix nationale de la profession enseignante.
  • Alliance nationale d’organisations provinciales et territoriales, la FCE/CTF représente plus de 273 000 enseignantes et enseignants des écoles élémentaires et secondaires au Canada.
  • La FCE/CTF est également membre de l’Internationale de l’Éducation, la fédération mondiale d’organisations nationales de l’enseignement réparties dans 173 pays.

Contact avec les médias
Andrew King, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE/CTF)
aking@ctf-fce.ca
Cellulaire : 819-213-7847